La Barra de Sanlúcar

La Barra de Sanlúcar et son franchissement (XVIe-XXIe)

L. Ménanteau (LETG-Nantes Géolittomer, CNRS et Université de Nantes)

Après avoir localisé, à différentes échelles, l’ embouchure du Guadalquivir et la  Barra de Sanlúcar (Andalousie atlantique, Espagne), une courte présentation est faite sur la formation de l’embouchure actuelle, postérieure à l’Antiquité, et l’aménagement historique du bas cours estuarien. Des datations au 14C, des indicateurs archéologiques, des documents anciens et la télédétection (spatiale et aérienne) permettent de préciser la géochronologie de la région de Sanlúcar de Barrameda.

La première partie (I) concerne l’évolution des rives de la Broa de Sanlúcar depuis le XVIe siècle, marquée par (1) une progradation et une érosion côtières, (2) le comblement de l’anse au fond de laquelle se trouvait, sur le revers d’une ancienne falaise marine, la ville médiévale de Sanlúcar. La régularisation constatée du littoral est le résultat de la dynamique sédimentaire (dérive littorale). Les auteurs facteurs physiques de l’évolution (turbidités, courants de marée…) sont brièvement exposés.

La deuxième partie (II) porte sur la morphologie de la barre d’embouchure, à la fois rocheuse (interne) et sédimentaire (externe). Les principales caractéristiques (tracé, profondeurs….) des trois chenaux (canales) la traversant à l’époque de la Carrera de Indias, en particulier celui du Canal de la Barra, sont données. Une carte physiographique synthétise l’information (hauts-fonds rocheux, chenaux…).

Le franchissement de la barre est l’objet de la troisième partie (III). Les conditions climatiques (surtout la direction des vents) et hydrologiques (hauteurs et courants de marée) nécessaires pour la franchir sont détaillées aussi bien pour l’entrée que pour la sortie. Les autres difficultés, dues surtout aux trois changements de direction dans le chenal principal et à son étroitesse, sont également évoquées.

La dernière partie (IV) détaille les conséquences dues aux risques du franchissement de la barre : adaptation de l’architecture navale (tirant d’eau), très nombreux naufrages de navires, élaboration de projets réalisés (avec échec) ou non pour éviter ces risques. Ces derniers n’ont diminué qu’avec l’arrivée de la navigation à vapeur et le creusement d’un chenal artificiel, totalement rectiligne, entre 1951 et 1971.

Enregistrement audio


Citer ce billet: "La Barra de Sanlúcar", par Loïc Ménanteau. Publié sur CIRILI. City, River, Littoral, ISSN: 2494-551X, le 10/08/2015. Lien: https://cirili.hypotheses.org/60.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.