K. Lelo, A.L. Palazzo, De Rome à la mer

De Rome à la mer. Territoires, économies et paysages en mutation

Keti Lelo (Croma – Università Roma Tre), Anna Laura Palazzo (Università Roma Tre)

 

Thèmes et lieux. Les dynamiques en jeu

Le secteur urbain entre le centre ville et la partie terminale de la plaine du Tibre représente la zone la plus dynamique et vitale de la Capitale comme résultat de plusieurs causes concomitantes:

  • La montée en puissance de la commune de Fiumicino: son attraction croissante et celle du secteur sud de la ville de Rome pour des fonctions d’excellence.
  • La décentralisation administrative et le nouveau protagonisme social des arrondissements.
  • La nécessité de relier les deux cotés du Tibre entre Rome et la mer, qui est questionnée par l’inauguration du « nuage » à l’EUR (centre congrès), par le couloir intermodal Rome Latina et par le nouveau stade de la ville de Rome.
Keti Lelo, Des géographies spontanées

La tendance à la dispersion des activités de production, émergée avec la mondialisation et la télématique, a alimenté au cours des cinquante dernières années des processus qui sont en train de changer la structure des régions métropolitaines dans le monde entier.

Alors que la production dépasse les frontières nationales engendrant l’expansion des réseaux mondiaux, les services ont tendance à être concentrés dans un nombre limité de villes, bien connues comme des “villes globales” (Hall, 1991; Sassen, 1996).

Avec référence au “grand territoire” de Rome, un premier aspect, dans le cadre du processus général de métropolisation, concerne les caractéristiques, la structure et les tendances d’un espace hybride tout autour de la ville consolidée, surtout dans son secteur ouest vers la mer, qui va jouer un rôle primordial dans la réorganisation des fonctions urbaines et dans les politiques de logement.

Une clé privilégiée pour interroger l’économie locale est l’analyse du secteur créatif: créativité comme facteur de la compétitivité dans l’économie du savoir, comme source de revenus et d’emplois offrant des opportunités pour des politiques territoriales capables d’augmenter la qualité urbaine.

Anna Laura Palazzo, Une géographie volontaire

Le second aspect, complémentaire au premier, concerne des interventions et des projets ayant toujours l’espace urbain entre Rome et la mer comme protagoniste. Il s’agit là d’une géographie volontaire seulement en partie: en effet, la croissance “spontanée”, largement responsable du mitage et du morcellement de ce grand territoire, n’est pas mise en cause par les projets urbains.

Nos carottages concernent notamment la partie la plus urbaine et la plus proche au Centre de ce secteur très dynamique: le quartier Ostiense- Testaccio, en rive gauche, et le quartier Marconi, en rive droite du Tibre, qui ont fait l’objet d’initiatives d’intérêt stratégique suite à l’installation de Roma Tre aux années 90.

L’ambition du projet mené par la Commune de Rome était de rendre plus performantes les connexions formelles, fonctionnelles et écologiques entre Rome et la mer, ainsi que de mettre en valeur un grand patrimoine architectural et d’archéologie industrielle, expression cependant d’une modernité inachevée.

De toute façon, ces dynamiques concomitantes de la diffusion résidentielle et des grandes installations n’ont pas fait jusqu’à présent l’objet d’une considération plus réfléchie, capable de parvenir à une idée complexe d’écologie et de métabolisme urbain.

Pour en savoir plus

Enregistrement audio

Citer ce billet: "K. Lelo, A.L. Palazzo, De Rome à la mer", par Giulia Vertecchi. Publié sur CIRILI. City, River, Littoral, ISSN: 2494-551X, le 24/01/2016. Lien: https://cirili.hypotheses.org/361.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *