Q. Desbonnets, S. Mauné, Essai de caractérisation des portus du Bas-Guadalquivir

Essai de caractérisation des portus du Bas-Guadalquivir attestés sur timbres d’amphores Dr. 20

 Q. Desbonnets (Université de Montpellier-Paul Valéry), S. Mauné (CNRS UMR 5140)

 Entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le IVe s. ap. J.-C., la province hispanique de Bétique et ses ports d’Hispalis et de Gadès ont connu un développement économique spectaculaire marqué par l’exploitation des richesses locales que constituaient les métaux, les produits de l’agriculture ainsi que les saumures et sauces de poissons.

Située à l’extrémité sud-occidentale de l’Empire romain, cette région fertile était, grâce à la Méditerranée et à l’Atlantique, en contact étroit avec les provinces des Gaules, des Germanies et de Britannia ainsi qu’avec l’Italie. Le commerce maritime constituait pour la Bétique une source d’enrichissement considérable, qui a largement profité à ses élites.

Au sein de cette province, la vallée du Guadalquivir constitue sans doute la région la plus dynamique comme le rapporte notamment Strabon. Cette affirmation est aussi confirmée par le fait que la capitale provinciale, Corduba, se trouve au bord du Baetis.

Nous ne nous attarderons pas ici sur les caractéristiques de ce fleuve et de son delta, pas plus que sur les questions de navigabilité qui ont déjà fait l’objet d’analyses poussée et qui ont été présentée hier dans le cadre de ce colloque. Nous tenterons en revanche, au moins pour ce qui concerne le transport et le stockage des amphores à huile Dr. 20, de déterminer dans quelle mesure le système de portus mis en place à l’époque flavienne témoigne du caractère extrêmement structuré des échanges dans la partie inférieure du Guadalquivir.

L’huile d’olive contenue dans les amphores Dressel 20 constitue un produit emblématique de la prospérité de la Bétique. Elle a été massivement diffusée dans toute la partie nord-occidentale de l’Empire, des bouches du Rhône jusqu’au mur d’Hadrien pendant plus de trois siècles, et ce à partir de l’époque augustéenne.

Les recherches et travaux sur sa diffusion dans l’Empire et sur l’organisation de son commerce sont considérables, depuis l’œuvre pionnière d’ Heinrich Dressel, et permettent aujourd’hui de bien cerner ce phénomène historique majeur. Ce commerce est notamment illustré par plus de 2500 timbres différents et des centaines de marques peintes ayant livré les noms de 400 marchands.

A Rome, ville qui comptait 1 million d’habitant aux Ier et IIe s. ap. J.-C., la Bétique a constitué pendant 300 ans la principale source d’approvisionnement de la population en huile. On estime que 86 millions d’amphores Dr. 20 de Bétique ont été importés dans cette seule ville ; une partie d’entre elles formant le Monte Testaccio, formidable dépotoir de 46 m de haut et de 2,2 ha de superficie situé en bordure du Tibre.

Depuis plus de 150 ans, l’attention des historiens de l’économie antique s’est surtout focalisée sur les lieux de consommation et les routes maritimes qui, depuis Hispalis, étaient empruntées par les corbitae transportant, entre mars et octobre, les amphores à huile à destination de Narbonne, Arles et Rome principalement. Les timbres et les tituli picti ont fait l’objet d’une multitude d’études et l’on peut aujourd’hui considérer, à la lecture du livre qu’André Tchernia a récemment publié sur le sujet, que les mécanismes de commercialisation sont appréhendés de façon satisfaisante.

La connaissance que nous avons, de la partie amont de ce processus qui comprend à la fois la problématique de la production d’huile et d’amphores mais aussi la question de l’acheminement de ces dernières, de leurs lieux d’embarquement sur les berges du Baetis et du Singilis, jusqu’au port fluvio-maritime d’Hispalis, est en revanche très insuffisante.

Dans ce secteur, qui correspond au triangle de navigabilité défini par Michel Ponsich, outre une centaine d’ateliers d’amphores se trouvent également un grand nombre de villa et d’établissements ruraux mais surtout un certain nombre d’agglomérations importantes situées le long du Guadalquivir et de son affluent principal, le Genil.

Parmi ces centaines d’ateliers, seulement cinq ont fait l’objet de fouilles peu étendues. Seules les agglomérations de Celti, l’antique Peñaflor, d’Arva et d’Astigi, l’antique Ecija ont été explorées à travers des interventions archéologiques plus ou moins importantes.

Les lacunes de la recherche sont donc assez profondes, et il faut également souligner le caractère presque dramatique de la situation puisque depuis le constat de M. Ponsich dans les années 1970, les destructions de sites antiques et en particulier d’ateliers d’amphores n’ont fait que s’accentuer. Ce fait, imputable dans une moindre mesure aux mouvements du Guadalquivir mais surtout à la mécanisation de l’agriculture et aux multiples actions de nivellement et de remembrement des terrains, explique la destruction irrémédiable de vestiges matériels dont seule l’étude permettrait d’avancer dans la compréhension de l’organisation de la production et de la diffusion des Dr. 20.

Dans le cadre d’un programme de recherche en cours sur les ateliers de Dr. 20 de la vallée du Genil réalisé dans le cadre du Labex Archimede de Montpellier, nous avons été amenés à nous interroger sur les différences entre cette zone et celle située à l’aval de Celti, l’antique Peñaflor. Dans ce secteur en effet, et jusqu’à Brenes, une partie des timbres sur Dr. 20 livre, en particulier et sous différentes formes abrégées, le terme « portus » alors que le long du Genil mais également entre Peñaflor et Cordoue, aucune estampille ne comporte ce mot.

Comment interpréter une différence aussi marquée ? Serait-elle simplement à mettre en relation avec une façon spécifique de désigner un certain nombre de centres de production et quelles en seraient les raisons ? Un autre aspect de la question des portus est celui de leur lien éventuel avec le port fluvio-maritime d’Hispalis (Séville). Étaient-ils intégrés dans un vaste système qui, du cœur de la basse vallée du Guadalquivir jusqu’à l’embouchure du fleuve, permettait le stockage, pendant la période de fermeture de la navigation maritime, d’une quantité considérable d’amphores vides ou bien remplies d’huile ?

La trentaine d’ateliers du Genil ayant été finement caractérisée à l’occasion de prospections pédestres systématiques, il nous a paru intéressant de commencer des recherches sur cette zone des « portus » en appliquant la même méthodologie, c’est à dire en définissant grâce à une série de descripteurs précis, la superficie des sites, les densités de mobiliers rencontrés et la chronologie des productions. En effet, jusqu’à présent, l’analyse des ateliers a toujours été réalisée à partir des corpus des timbres qui y sont rattachés, jamais à partir des données matérielles disponibles autres qu’épigraphiques.

Ce sont les résultats préliminaires de ces recherches en cours que nous allons donc vous présenter

Les prospections menées depuis plus de 100 ans sur les centres de production ont permis de recenser le terme portus sur les timbres de quinze ateliers d’amphores Dressel 20 parmi la centaine actuellement connue (pour mémoire : environ 90 dans Etienne et Mayet 2004 + une dizaine nouveaux dans la vallée du Genil).

Sur 2540 familles de timbres répertoriées par P. Berni Millet en 2008 seulement 138 mentionnent l’élément portus sous les formes abrégées PORT, POR, PO et P. Ce total représente donc seulement 5% des timbres connus sur Dressel 20.

Les chercheurs qui ont travaillé sur ces estampilles ont donné des lectures et des interprétations de ce terme qu’il importe de rapidement présenter.

La référence aux lieux de production dans l’instrumentum inscriptum est un phénomène bien connu, en particulier dans l’épigraphie de l’opus doliare de l’industrie des briques de Rome. Leur mention explicite est en revanche beaucoup moins répandue et même insolite dans l’épigraphie des amphores romaines. Il s’agit toutefois d’un élément particulièrement important dans le timbrage des Dressel 20, qui peut s’exprimer de différentes façons. Du plus général au plus précis, les termes employés sont : le nom d’une ville, portus, fundus, figlinae, et officina.

Parmi ces termes utilisés dans le timbrage des Dr. 20, « portus » constitue une spécificité de la vallée du Guadalquivir dans la mesure où aucun autre type d’amphore, n’a livré ce mot. Comme les autres termes (fundus, figlina, officina), le mot portus peut être associé à des noms de lieu ou bien à des noms de personnes (tria nomina ou nom unique)

Le développement de ces lettres en portus a été donné pour la première fois par H. Dressel à la fin du XIXe s. Dans le volume XV du Corpus des Inscriptions Latines, celui-ci s’appuya sur la signification qu’il avait donnée à ce mot lorsqu’il l’avait rencontré sur les briques de Rome. Ainsi la présence du terme POR et PORT dans le texte de certains timbres aurait désigné un portus qu’il faudrait interpréter comme un entrepôt (CIL XV, 2647).

En 1899, Hübner observe également que dans le texte d’un certain nombre de timbres est indiqué le terme portus. Il apparaît sur les estampilles sous des formes abrégées : PORT, POR, PO ou P si l’on accepte le développement du timbre PARVA en portus Arvae. Sans connaître le lieu de production, Hübner propose un raisonnement séduisant sur la signification des lettres PA et PC à la fin des estampilles T. A. ASIATICI. PA et T. A. ASIATICI. PC. En s’aidant des timbres PORTARVA et PORTCARMO, il émet l’hypothèse que le timbre doit être développé sous la forme tria nomina + portus et suggère que les lettres finales correspondent respectivement à p(ortus) A(rvae) et à p(ortus) C(armonensis) (Hübner 1899, p. 486).

De son côté, G. Bonsor, qui a prospecté les ateliers du Guadalquivir à la fin du XIXe s., pense que le mot portus désigne non seulement les quais riverains où les embarcations allaient charger et décharger les marchandises, mais aussi le passage, l’écluse. Le mot espagnol, puerto, possédant selon lui ce sens (Bonsor 1902, p. 94).

En 1965, tout en précisant que la présence du terme portus sur les amphores est une spécificité du sud de l’Espagne, Callender se range à l’interprétation du terme portus comme magasin ou entrepôt.

La découverte de l’atelier de La Catria par J. Remesal dans les années 1970 a constitué une étape importante dans la réflexion sur les portus. En effet, ce site, dont la taille estimée est de vingt hectares, serait le plus grand centre de production de Dr. 20. Près de la moitié des estampilles présentes sur cet atelier mentionne le terme portus au travers des lettres P, PO et POR.

Ce portus et la série d’ateliers qui l’entoure pourraient être liés à l’agglomération d’Oducia comme semble le montrer l’existence de timbres PORODV trouvés sur ces sites de production. J. Remesal écarte en premier lieu l’idée d’une définition purement topographique d’embarcadère ou de port qui est parfois attribué au mot portus. Il souligne que chaque atelier devait posséder son propre embarcadère. Les timbres PORTO et POPVLI associés sur les deux anses d’une même amphore ou dont les deux textes apparaissent sur le même timbre (CIL XV, 3094b) donnent selon lui les clés de la compréhension du terme portus. En effet, lui, Populi fait référence à la plèbe de Rome. Ces timbres seraient selon lui à mettre en relation avec l’administration impériale de l’Annone. Cette estampille ne serait pas connue ailleurs que sur le Monte Testaccio, ce qui constitue, selon lui, un argument en faveur de cette hypothèse. L’estampille POPVLI a été découverte dans une fouille de H. Dressel accompagnée de tituli picti de la Ratio Fisci (Rodríguez Almeida 1972, p. 197-203). J. Remesal suggère que les timbres PORTO et POPVLI soient datés de l’époque séverienne et correspondent à des confiscations impériales du début du IIIe s.

Cependant, la question est aussi de savoir si l’huile provient des terres appartenant à l’administration impériale ou si elle est simplement achetée et transportée par le fisc romain (Remesal 1977-1978, p. 117). En définitive, pour J. Remesal, le terme portus désigne un entrepôt contrôlé par le fisc. Il s’agirait de grands bâtiments qui réunissaient une quantité suffisante d’huile pour alimenter l’Annone (Remesal 1977-1978, p. 117).

Dans son ouvrage consacré à la navigation sur le Guadalquivir à l’époque romaine, Chic García propose que le terme portus soit une désignation géographique pour indiquer qu’à côté de l’atelier où a été fabriqué l’amphore, se trouve une écluse ou un port fluvial.

De son côté, dans ouvrage consacré aux tituli picti et à la production amphorique en Bétique, Rodríguez Almeida estime que tous les ateliers possédaient un portus (ou grand entrepôt) qui appartenait à un seul propriétaire mais qui pouvait être partagé entre les ateliers (Rodríguez Almeida 1993, p. 100).

En 1994, dans un article fondamental, Bernard Liou et André Tchernia sont revenus sur les interprétations de Remesal à propos de la Catria. Ils ont montré que le timbre PORTOPOPVLI doit en réalité être traduit par « l’entrepôt du peuplier » et qu’il n’a donc rien d’annonaire. Ils concluent que « le terme portus doit être, comme sur les briques romaines, un substitut du terme figlina ».

Dans leur magistrale synthèse sur l’huile hispanique, Robert Etienne et Françoise Mayet se sont rangés à ces conclusions et ajoutent cependant que ce terme est également lié à la présence d’un port et qu’il renvoie aussi à l’existence, sur ces figlinae/portus, de vastes entrepôts.

Dans sa thèse publiée en 2008, P. Berni Millet fait d’abord remarquer que le terme de portus figurant sur les briques ne se substitue pas à celui de figlinae mais que les deux figurent parfois sur une même inscription.

 Il observe que les ateliers ayant livré des timbres avec le terme portus se trouvent entre Alcala del Rio et Peñaflor et note aussi que la grande majorité d’entre eux se situe à proximité d’une agglomération antique.

P. Berni Millet souligne que ces considérations indiquent que « le terme portus semble remplacer celui de figlina comme lieu de fabrication, d’entrepôt, de contrôle et d’exportation des amphores mais dans un cadre de plus grande envergure et avec un caractère municipal » (Berni Millet 2008, p. 166). En effet, il fait très justement remarquer que l’apparition du mot portus sur les timbres est datée du début des années 70 ap. J.-C. et propose de la lier à la politique de municipalisation de Vespasien dans le but de mieux contrôler et administrer certains ateliers dans le cadre de l’Annone. Des installations de grande ampleur auraient été construites pour augmenter les capacités de production et donc les exportations.

Il est en effet remarquable d’observer, lorsque l’on ordonne les données disponibles, que parmi la quinzaine d’ateliers connue, la presque totalité démarre à cette époque, soit en mentionnant immédiatement le terme « portus », soit en l’utilisant plus tard.

Une autre remarque concerne la relative concentration de l’usage de ce terme à l’époque flavienne et sous Trajan. Enfin, on remarque que la Catria est le seul centre de production a avoir livré des timbres avec la mention « portus » dont la chronologie s’étend pendant toute sa durée de fonctionnement. Sans doute faut-il lier ce fait à sa taille car dans le détail, on se rend compte que lui aussi a surtout été très actif à la période flavienne.

Les recherches de terrain que nous avons menées en 2014 et 2015 sur une partie des ateliers de Dr. 20 sur lesquels le terme portus a été employé dans le timbrage des amphores ne sont pas achevées mais permettent d’ores et déjà de montrer que ces sites couvrent des superficies égales ou supérieures à 1 ha. Il s’agit donc de complexes étendus, certains atteignant les 3 ha. Les ramassages de mobiliers et les zonages réalisés indiquent qu’il est impossible de localiser dans le périmètre de ces sites, des zones spécialisées pouvant par exemple correspondre à des entrepôts. On construisait la base des murs en terre avec des tessons de Dr. 20 et ceux-ci recouvrent uniformément les secteurs de production où se trouvent les fours, les zones de dépotoirs, les bâtiments et les huileries potentielles. Cette réalité a été systématiquement observée sur la trentaine d’ateliers de la vallée du Genil mais également lors des investigations réalisées sur les cinq ateliers qui ont fait l’objet de fouilles.

Parmi la quinzaine de sites de ce corpus, onze se répartissent en quatre groupes, de l’amont vers l’aval : Le secteur de la Catria associé à Portus Oducia avec 4 sites de production périphériques

Le secteur du portus Arva avec son quartier suburbain artisanal et l’atelier de Tostoneras situé de l’autre côté du fleuve

Sur ce dernier site, les ramassages ont notamment livré une belle série de bassines utilisées pour la production des Dr. 20 mais surtout les preuves matérielles d’une production locale de dolium qui n’avait jamais été détectée. Ces dolia étaient-ils destinés à la production d’huile sur le site ? A l’équipement d’entrepôts pour le stockage de l’huile provenant des fundi environnants avant sa mise en amphore au début du printemps ?

Le secteur du portus Carmona avec les ateliers de Juan Barba, Adelfa et Guadajoz, qui se trouve à la confluence antique du Rio Corbones et du Guadalquivir.

Et enfin la zone de Villar de Brenes et Cruz Verde qui se trouve sur le territoire du municipe d’Ilipa Magna.

Les quatre sites restants sont isolés et ont seulement livré quelques timbres dont on peut se demander s’ils sont bien locaux. Ils devront faire l’objet de prospections complémentaires.

L’un de ceux-ci a cependant livré des informations inédites qui peuvent être présentées.

Situé à 2,5 km à vol d’oiseau du Guadalquivir, le site d’El Marchante, le plus au nord des 15 pris en compte, avait été considéré comme une villa par Ponsich à cause de son éloignement du fleuve. Il est installé sur un plateau et aucun cours d’eau proche ne permet de le relier au Baetis. Cet argument avait été repris par P. Berni Millet pour confirmer que le terme « portus » avait aussi le sens d’entrepôt. Ponsich comme Berni considéraient en effet qu’il s’agissait d’une zone de stockage de Dr. 20 remplies d’huile, liée à une villa alors même que les timbres locaux ne se rencontrent nulle part ailleurs.

Il a livré lors des prospections de 2014, des éléments matériels caractéristiques d’un atelier : outre des rebuts de cuisson de Dr. 20, les ramassages de surface ont en effet livré des bassines destinées à la production des Dr. 20 — objets que l’on ne trouve que sur les ateliers — ainsi que des fragments de four vitrifiés. Enfin, une probable production de dolium a pu être également mise en évidence ce qui constitue une grande nouveauté et complète les données de Tostoneras. Le site comprend par ailleurs deux pôles distincts, l’un où se trouvent les vestiges de l’atelier et l’autre où n’ont été vus que des éléments appartenant probablement à des fours de tuiliers. Aucun reste de villa n’a été observé et les briquettes d’opus spicatum vues par Ponsich pourraient appartenir au sol d’une salle de pressoir oléicole semblable à celle fouillée en 2014 à Las Delicias.

Ce site est extrêmement intéressant car il constitue une anomalie au sein du corpus des sites de production ayant utilisé le terme portus dans le timbrage des Dr. 20. Ce dossier montre qu’il convient de prêter davantage attention aux données archéologiques lorsque celles-ci sont rassemblées dans un cadre scientifique rigoureux et confrontées à d’autres, établies selon le même protocole.

Pour conclure, nous voudrions d’abord exposer les éléments les plus assurés de ce dossier avant de proposer une interprétation, qui n’est que préliminaire et reste bien évidemment ouverte aux critiques et aux discussions. Je vous présente donc les principales informations livré par le terme portus sur les amphores Dressel 20.

Il reste à présent à développer un programme de recherche qui permette, grâce notamment à des prospections géophysiques menées sur de grandes surfaces, de localiser les entrepôts et d’appréhender la structure physique de ces entités complexes révélées par les timbres sur Dr. 20.

Pour citer cet article: Q. Desbonnets, S. Mauné, «Essai de caractérisation des portus du Bas-Guadalquivir». Publié sur CIRILI. City, River, Littoral, ISSN: 2494-551X, le 03/11/2015. Lien: https://cirili.hypotheses.org/205.

Enregistrement audio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.